AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
T'veux ma photo ? [libre]



 

Partagez|

T'veux ma photo ? [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: T'veux ma photo ? [libre] Lun 26 Nov - 0:21

De travers. Il venait de regarder un mec louche de travers.
Calvin avait prit de bon matin le tramway pour se rendre vers le quartier Nord de Genève. C'était assez tôt pour qu'aucun membre de gang ne vienne le regarder en louchant, perplexe. Non, la plupart qui était là, était endormi. Là où il se rendait de si bon pied, c'était le marché principal de la capital, après celui du centre-ville. Il était donc ouvert pour toute la matinée. Et il valait mieux être les premiers servis, car connaissant les MF, on ne trouvait pas que de choses innocentes. Un énorme trafic se faisait, et tout le monde pouvait venir y voir quelque chose. Avec surement l'obligation d'acheter quelque chose, sous peine d'être regardé d'un moyen œil par un mec du gang, trainant par là. Calvin était habillé en noir, avec un vieux jean délavé. Il était fatigué, les cheveux ayant légerement poussé, ébouriffé sur la tête, d'énormes cernes, et la gueule semblable à la gueule de bois de lendemain de soirée. Sa mère, la veille, lui avait proposé de sortir prendre l'air et profiter du marché pour se dégoter une arme -illégalement, bien sûr-.. Ce qu'elle était charmante. Mais il est vrai qu'il aurait bien besoin d'un couteau pour se protéger en ce moment. Et puis, c'était aussi pour elle. Autant dire qu'elle avait eu la flemme de bouger du canapé pour l'accompagner. Et puis, la peur au ventre, elle ne se sentait pas encore prête à sortir et trainer longtemps dehors.
Une nouvelle nappe de table. Voilà ce qu'elle voulait. Et là-bas, il y'avait toutes sortes d'affaires intéressantes. Enfin bref, Calvin s'y était rendu assez tôt pour être dans les premiers. Mais malheureusement pour lui, le temps passa vite jusqu'à lui puisse trouver ce qu'il voulait. Seulement voilà, il trébucha sur le regard de quelqu'un, et le voilà qui dévalait le quartier, poursuivit par celui-ci. Il ne savait même pas s'il lui voulait du mal ou pas. Surement oui, en tout les cas il poussa les gens qui trainaient autour des stand, et s'empressa de vite quitter le marché. Son couteau et la nappe attendront !
C
  
MESSAGES : 20



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: T'veux ma photo ? [libre] Sam 1 Déc - 15:36

À la guerre comme à la guerre ! Quand on veut une boite de petits pois, on l'obtient ! C'est dans cette intention que Pudd dégainait son panier face à une vieille mégère, le regard noir et les crocs sortis. LA dernière boite de petits pois du supermarché ira au squat et pas ailleurs ! Elle grogne. La vieille montre le dentier. Purdey met son panier bleu (rempli de fruit de mer) devant elle. Elles sont prêtes à charger...

La voix du haut-parleur résonne à travers le bâtiment, fait écho contre les boites de camemberts. Promotion sur les haricots verts surgelés. Purdey est distraite. C'est un moment d’inattention de trop. La vieille lui lance un sachet de spaghettis et se jette sur les petits pois, avant de disparaître dans la foule. Elle s'échappe ! La pauvre blonde reste sur place, la bouche entrouverte. Elle s'est faite avoir par un dinosaure, sa journée et son honneur sont foutus. Il ne lui reste pas vraiment de choix. Rebecca avait réclamé des petits pois. Alors voilà... (elle avait aussi reçu 100 francs suisses pour faire le tout, donc...) Il reste le marché, et encore, même pas sûr qu'ils aient des produits frais, ceux-là ! L'enfant récupéra ses fruits de mer préalablement achetés chez le poissonnier, puis laissa tomber l'hyper-marché : manger bio au squat ne fera de mal à personne, de toute manière il n'y en a que pour une semaine, pas plus. Sans gaspillage. Elle quittait le rayon surgelé, passait la caisse et sortait dehors. Il faisait tout juste jour, il était tôt. Il faisait frais, aussi, très frais, surtout quand on se promène en débardeur. Elle tirait un coup sur son legging noir qui lui rentrait dans le cul, avant de taper du pied dans ses boots trop grandes. Elle filait au marché.

Le destin est toujours là quand on s'y attend le moins. Purdey avait acheté des endives et du fromage au passage, là, elle en était au marchand de petits pois. Elle prit sa boite en carton, fièrement tendue pas le vendeur et se retourna, après l'avoir remercié pour partir. Elle mit juste un pied devant. Juste un. Et c'est là qu'un roux en furie surgit parmi la foule et se prit les pieds " dans le tapis" pour s'écraser comme une crêpe. Elle ouvrit de grands yeux. Ça c'était le truc qui réveil, sévèrement. Instinctivement, elle s’accroupit prêt du gars et posa une main sur son épaule.
PUDD : Meeeeerde ! J'suis désolée, mon frère, t'as rien au moins ?
Avec Purdey, la signification de sanguinaire prend toujours trop bien forme.
MFS
  
MESSAGES : 48



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: T'veux ma photo ? [libre] Dim 2 Déc - 15:39

[ta réponse est une merveille]

Une vive douleur se fit sentir au niveau de son nez. Calvin venait se payer le sol en pleine face, ses bras ayant raté l'arrêt de sa chute. Autant dire qu'il venait de sacrément bien se manger le bitume. Un peu secoué, il ne savait plus trop où il était, essayant de se rappeler ce qui venait de lui arriver : il courrait pour x raison, et d'un coup quelque chose le propulsa au sol, comme si son pied avait percuté un truc le faisant stopper nette sa course. Contre un mec d'ailleurs, qui l'avait jusqu'ici poursuivit. Et ce n'est qu'après avoir ouvert les yeux, posant ses doigts sur son nez ouvert et en sang, qu'il sentit quelque chose se poser sur son épaule. Il bougea rapidement les yeux et vit une main. Jusque là il ne bougea pas, ayant juste un grand frisson dans tout le corps, mais une fois la voix de la personne lui demandant s'il n'avait rien, Calvin sursauta de frayeur et se releva rapidement du sol. Son genoux lui faisant très mal, et sa tête tournant un peu à cause du choc de la chute, il alla se poser contre la table du vendeur de légume, bousculant un peu celle-ci et les paniers derrière. Il tourna la tête de droite à gauche, apeuré, puis fixa la personne qui avait osée le toucher : une jeune femme qui doit être dans le même âge que lui, peau bronzé, cheveux blond et cassé, vêtements de garçons. Elle faisait plutôt baba cool et le genre de fille à pas fumer que du tabac. Calvin avait l'impression de l'avoir déjà vu quelque part, mais où ?

« PURDEY ! Vite ! Choppe ce mec ! »

L'inconnu qui jusqu'ici avait perdu le rouquin de vu une fois celui-ci étant tombé au sol, se mit à courir vers eux dangereusement. C'était un MF, pas étonnant qu'entre eux ils se connaissent un minimum. Mais jusqu'ici Calvin pensait qu'elle ne l'avait pas 'bousculée' exprès, toute ses croyances étaient tombés. Il fixa durement la jeune fille, puis voyant le mec arriver jusqu'à eux, il attrapa un panier et le lui lança dans la figure avant de se remettre à courir. C'était bel et bien quelqu'un qu'il avait déjà vu. Une fille du gang qu'il avait autrefois fréquenté, avant de les 'trahir'. Il l'avait déjà croisé quelque fois, elle se chargeait souvent de la bouffe ou ce genre d'esclavagisme. Pas étonnant qu'il la croise par là.
C
  
MESSAGES : 20



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: T'veux ma photo ? [libre] Dim 2 Déc - 16:28

ohhh. j'ai pleuré en voyant la tienne. c'est si. et tellement.

Y a plus qu'à. Elle n'a rien vu venir, ce fut le coup de trop, à rien n'y comprendre. D'ordinaire, elle n'était pas mêlée à ce genre de conneries, ça la faisait plus chier qu'autre chose. Et voilà, il y avait un roux, vautré contre l'étalage de légumes, dont le genou trinquait un peu trop, qui la fixait d'un mauvais oeil. Jusqu'à ce que Georges débarque. Georges, tu fais chier. Georges, sans toi tout va toujours mieux. Purdey aurait préféré aller chercher du pain, c'est toujours plus amusant de se droguer que de se retrouver dans une course poursuite Madness Factoryssienne. Alors voilà, le type choppait un panier - pas le sien, encore heureux - et le lui envoyait en pleine poire. Ô fureur, quand tu nous tiens.
PUDD : Ooooooooooooooooooh bordel de merde.
Elle fourrait sa boite de petits pois au fond de son panier et le donnait à Geuhôrges avec un "toi tu me ramène au squat sur le champ et je ne veux plus jamais de te revoir, dégage". Bah ouais, une Purdey en colère c'est pas toujours fun. Elle en revenait au nouveau centre de son attention, le roux. C'était la war, comme qui dirait, pire qu'avec la vieille du matin. Et quitte à être Shiyo, autant que ça serve. Sa peau avait déjà pris une teinte rouge pivoine. Ce n'était plus du bronzage, et puisqu'il n'était pas possible de se fondre dans la population, solution numéro 2 : Ta gueule, pousse toi, je suis un monstre. Et elle courait. Elle ne le talonnait pas, non, toute cette préparation lui avait pris trop de temps, mais elle maintenait sa course. Pas dignement, lui il boitait. Elle lui trottait au cul, voilà. Sa chance se présenta au détour d'un étalage d’oignons. Elle sautait à pied joins sur la table, attrapant au passage une gousse d'ail, qu'elle lançait dans les pattes du roux. Si ça ne le faisait pas tomber, ça le ralentissait au moins un soupçon. Il bougeait trop pour qu'elle sorte sa sarbacane (et elle n'avait pas envie de trop l'amocher, il y a des limites), mais elle avait eu son temps pour enfiler son ceste au poing droit. Enfin, elle se trouvait, par on ne sait pas quel miracle, à sa hauteur et, like Superman, elle lui sauta dessus, enchaînant ses jambes au niveau de ses hanches et les bras autour de son cou. Ce n'était pas son poids qui allait l'arrêter, mais ça fait son effet, n'est-ce pas ? À l'odeur, Purdey retrouvait presque qui il était, elle l'avait déjà croisé, aussi, au MF. Alors, pourquoi elle en était là ? C'était la question qu'elle se posait tout en essayant de l'étrangler, bien qu'en vain.
PUDD : Mais. Couché ! Arrête tes conneries !
MFS
  
MESSAGES : 48



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: T'veux ma photo ? [libre] Dim 2 Déc - 16:58


Un panier de patate atterrit dans la face d'une fille. Un homme se mit à courir comme un attardé, boitant. La fille le poursuivait en marchant comme un canard, bousculant tout le monde. Une attaque d'oignons dans les pieds de l'homme pour le ralentir. Puis la fille accroché à l'homme tel un koala a une branche d'arbre. Ou alors une singe qui se frotte à un arbre, un pauvre petit arbre.
Étranglé, Calvin se mit à retenir le poids qui était à présent sur lui. C'est qu'elle l'avait poursuivit en plus ! Tout le long ! Et à présent elle ne le lâchait plus ! Tant bien que mal, il essaya de se débarrasser d'elle, tournant en rond, baissant ses jambes jusqu'à toucher ses talons de pied avec son cul, faisant des flexions, des tournis comme un con au milieu des passants, avec un truc sur son dos qui bouge pas d'un pouce. Il se mit alors à paniquer, les larmes au yeux.

« M-m-mais lâche m-m-moi ! »

Puis finalement il se mit sérieusement à perdre son énergie à la porter, essayant de respirer, mais son souffle était retenue par les mains de Purdey lui serrant le cou. Elle était en train de l'arrêter comme un âne, et finalement il se mit à genoux au sol. Puis à quatre pattes comme un chien, avançant tout doucement, et terminant sa course en tombant comme un crêpe par terre. Il était mort, fatigué, essoufflé, et tout rouge d'avoir fait tant d'effort. C'était drôle de le voir. Un rouquin a plus de rougeur que les autres, et ses joues l'étaient vraiment, comme des tâches; il tourna la tête vers celle qui était au dessus de lui, et tout son corps se mit à trembler énormément.

« J-je.. Je ... »
C
  
MESSAGES : 20



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: T'veux ma photo ? [libre] Mar 11 Déc - 19:42

Oh. Ben ça. Surprise. Il bégayait le garçon, il en avait les larmes aux yeux. Le plus drôle, c'est que Purdey pouvait presque voir sa tête, depuis son perchoir. Il lui donnait le tournis. Et les gens. Ah, les gens les fixaient, avec de gros yeux. Pas contents les gens. Jusqu'à ce que le roux lâche prise. Là Purdey vit un ou deux passants rire. Elle avait envie d'hurler que ce n'était pas drôle, mais, il y avait une prise qu'elle n'avait pas le droit de lâcher. Question d'étique. Mais lorsqu'il touchait le sol, ce furent les bras de la gamine qui en prirent pas mal. Les graviers lui éraflèrent les avant-bras autant que si elle était tombée de trois mètres. Elle s'en mordit l'épaule, pour ensuite changer -à son tour- de couleur. Tout son corps venait d'entrer dans un bleu océan, si ce n'est ses bras, qui devenaient vite rouge sang. Connerie. Et puis il y eu ce souffle, elle reprenait conscience de ce qu'elle faisait. Elle le vit, le visage de son asseyant. Deux fois qu'elle lui bousillait le corps. Si elle ne relâchait pas prise, il ne suffirait que d'une seconde pour qu'il passe enfin au violet, puis qu'il claque d'ici peu. Alors elle relâcha tout. Elle le vit, son regard apeuré, et elle prit elle-même peur. Elle roulait sur le côté, dégageant ses bras de sang. Elle posa juste une main sur le ventre du rouquin, pour ne pas qu'il fuie, puis elle se laissa aller contre le sol, poussant un long soupire de soulagement. C'était la fatigue qui la gagnait, tout soudain, la prenait par les pieds puis remontait lentement ses veines jusqu'à atteindre son cerveau. Il y eu, en son être, une sorte de "pchiiittt", et elle resserrait sa prise sur l'autre garçon, enfonçant ses ongles dans son ventre.
PUDD : Ô. Mon. Dieu.
Elle se mordit la lèvre inférieure en voyant dans quel état il se trouvait, lui aussi. Est-ce qu'il était déjà si sale avant ? Elle fit craquer les articulations de sa nuque, ainsi que de son dos, puis elle se penchant au dessus de lui.
PUDD : Je suis.
Il y eu une longue inspiration, pesante, qui la troubla elle-même. La mélodramatique after course-poursuite, ce n'était décidément pas son truc.
PUDD : Désolée.
2 fois. Pauvre gars. Puis elle se remit à rire. Un bon coup, pour évacuer tout ça. Quelle aventure, faudrait qu'elle raconte ça à Simon, tiens ! Alors elle se redresse, bancale, elle libère sa proie, et, entre quelques hoquets, elle lui tend sa main. Elle en prfite d'ailleurs pour prendre un faux-air sérieux, yeux plissés, pour s'exclamer :
PUDD : Dis moi, Homme, comment et pourquoi ?
Et elle fit tourner sa tête autour de sa nuque, comme dans les films d’horreur. hellyeah. puddlevelpower67.
MFS
  
MESSAGES : 48



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: T'veux ma photo ? [libre]

Contenu sponsorisé
  



Revenir en haut Aller en bas

T'veux ma photo ? [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Sites d'art contemporain (tableau, photo, objets...)» transformation d'une photo» Montréal-Trudeau veut une douane «libre-service»» Tu veux ma photo ?» Drôles de trombines : de vrais petits clowns!!
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: